Je m'appelle Oriane Laromiguière. Je suis journaliste. 

 

Lorsque j'ai voyagé pour la première fois en Antarctique en décembre 2018, j'ai été submergée. Submergée par les paysages grandioses, le blanc éclatant, le silence feutré, les étonnants animaux qui peuplent ces régions que je n'avais jamais vu autre part que dans des livres ou des films. Au-delà de la vision, tous mes sens étaient en éveil : les narines titillées par le fumet chargé qui se dégage des colonies de manchots et l'ouïe affutée à l'écoute des craquements de glaciers et des souffles de baleines.

Une citation du Commandant Jean-Baptiste Charcot, retranscrite dans son ouvrage « Le Français au pôle Sud », publié en 1906 résume ce sentiment :

« D’où vient cette étrange attirance de ces régions polaires, si puissante, si tenace, qu’après en être revenu on oublie les fatigues, morales et physiques pour ne songer qu’à retourner vers elles ? D’où vient le charme inouï de ces contrées pourtant désertes et terrifiantes ? Est-ce le plaisir de l’inconnu, la griserie de la lutte et de l’effort pour y parvenir et y vivre, l’orgueil de tenter et de faire ce que d’autres ne font pas, la douceur d’être loin des petitesses et des mesquineries ? Un peu de tout cela, mais autre chose aussi. »

 

Ce sont toutes ces émotions et sensations, que l’on résume dans le milieu par la notion de « virus polaire », que je souhaite retranscrire à travers ce podcast. 

Je vous emmène à la découverte des zones polaires, à la rencontre d'humains passionnés par ces régions qui arpentent, décryptent et analysent ce qu'il se passe là-haut, ou là-bas… ça dépend où l'on se situe.


Bienvenue dans les Givrés des pôles !

  • LinkedIn